bateau-yacht-geneve.ch

Actualité

Pronaval à Corsier-Village. Aux portes de Genève, un port à sec sera enterré sous un immeuble campagnard discret et moderne

TOUT L’IMMOBILIER • 25 JUIN 2012

Pronaval à Corsier-Village

Aux portes de Genève, un port à sec sera enterré sous un immeuble campagnard discret et moderne

par Isabel Garcia-Gill – TOUT L’IMMOBILIER • NO 638 • 25 jUIN 2012

Malgré la crise, Pronaval n’a pas froid aux yeux et lance un joli projet pour offrir à la marina de La
Belotte un lieu d’hivernage de toute dernière génération pour des bateaux de plaisance. En plus, un bel
immeuble chapeautera le tout, en bordure de zone agricole, et accueillera même des logements sociaux.

Pronaval a changé de mains en juin dernier et son nouveau directeur Luc Simon, architecte naval, voit les choses en grand. En plus d’avoir mené à terme la rénovation de la marina de La Belotte, il a présenté récemment un magnifique projet de construction à la Commune de Corsier, au lieu même où se situent aujourd’hui les hangars de son chantier naval.

La marina de Pronaval est nichée dans le petit port de La Belotte. Pour l’instant, ses hangars de Corsier n’hébergent qu’une cinquantaine de bateaux. En période d’hivernage, nombre d’autres bateaux doivent être entreposés dans les hangars de Corsier-Village, mais aussi aux alentours, sur plusieurs terrains. Le nouveau projet ambitieux repose sur la création d’un port à sec pouvant accueillir jusqu’à 160 bateaux et d’un immeuble d’habitation. Le port à sec occupera trois niveaux de sous-sol de  2300 m2 chacun et le bâtiment d’habitation sera construit sur trois étages. «J’ai voulu que l’architecture des logements soit très légère, aérienne et minimaliste. Les baies vitrées permettront de profiter au maximum de la lumière et de la vue sur la campagne avoisinante, sur les montagnes et sur le lac», précise le directeur.

Un écolo dans l’âme

Luc Simon, ayant participé à de grandes expéditions polaires et navigué avec Eric Tabarly, reste un amoureux de la nature qui garde à l’esprit son engagement en faveur du développement durable. Les études préliminaires menées par son équipe d’ingénieurs prévoient de réaliser une infrastructure totalement «écologique». Il souhaite donc tout mettre en œuvre pour respecter l’environnement tant dans le choix des matériaux  et les méthodes de construction que dans les procédures d’utilisation quotidienne du nouveau chantier naval et du port à sec. Des méthodes de pointe sont prévues, par exemple, pour recycler la majeure partie des produits consommables tels qu’huiles, batteries, peintures ou vernis, etc.

Géothermie

L’entreprise a déjà commencé à faire des sondages de géothermie, afin d’utiliser une énergie «propre» pour le système de rafraîchissement ou de chauffage du bâtiment, ainsi que des trois niveaux de sous-sols. En cachant les hangars sous un beau bâtiment, Pronaval «nettoie» le paysage et contribue à redonner un plus grand cachet au village de Corsier. L’immeuble d’habitation sera entièrement conforme aux normes Minergie et offrira 16 logements de standing, dont le quart sera loué à des loyers très modérés. «Certains appartements seront à la vente, mais seulement 20% d’entre eux», estime Luc Simon.

Le nouveau port à sec permettra à Pronaval non seulement d’augmenter sa capacité d’hivernage et de poursuivre ses réparations navales sans causer de nuisances, mais surtout de fournir des services plus personnalisés à sa clientèle de choix. L’entreprise envisage de fournir un service de port  à sec, à l’année, pour les bateaux de plaisance gardés à Corsier. Les bateaux pourraient ainsi être mis à l’eau sur demande de leur propriétaire, à la marina de La Belotte. Pour convoyer les bateaux depuis le bord du lac jusqu’aux hangars, Pronaval dispose d’une mise à l’eau communale à Corsier. Luc Simon envisage déjà la reprise d’autres chantiers navals sur le Léman ou en Suisse.

Dynamisme et succès

Le patron genevois peu conventionnel a réussi à redynamiser l’entreprise qu’il a reprise il y a moins d’un an avec son associé, qui se trouve être son oncle. Malgré la crise, Pronaval a vendu 30 bateaux à Genève en l’espace de 9 mois et augmenté son personnel de 4 à 15 personnes. Si le projet immobilier voit le jour, Luc Simon, qui a transféré ses bureaux de la Côte d’Azur à Genève, a prévu d’installer son bureau d’architecte naval dans l’attique du nouveau bâtiment, avec vue sur le lac et le Jura.

«Nous avons déposé récemment la demande préalable et espérons recevoir un avis favorable des autorités. En effet, le port à sec sera enfoui sur trois sous-sols. Pour les villageois de Corsier, c’est une aubaine: nous leurs proposons un immeuble élégant de trois étages avec des logements mixtes sur une zone de développement, à la place de vieux hangars industriels», conclut avec enthousiasme Luc Simon.

 

Isabel Garcia-Gill